Plume-pétrole

Allumer la lampe à pétrole comme guide au bout de mon bras 

Rassembler ceux qui seraient toujours mon réconfort Du Temps 

Un 24 octobre aux pensées de pendule:

La certitude de cinq jours seuls à tuer 

Et le chuchotement incessant 

« Tu sais quand tu rentres pas quand tu sors. »

La désagréable sensation

De préparer automatiquement 

Mes affaires d’Hôpital-de-moi-même:

Sous-vêtements pour 5 jours trousse de toilette deux jeans trois t-shirts

Clopes tabac feuilles à rouler ou à écrire

(J’aurais cru

Le prochain abandon 

De l’appartement

des poissons à nourrir et des 

Responsabilités d’une boîte à lettre

Pour un concert des vacances ou un chemin de vie

« Ouais, moi aussi… »)

J’ai pris mes regrets mes remords 

[A force de n’en vouloir aucun

J’avais eu belle récolte des deux]

Au fond des poches avec les deux Zippos 

Façon de traîner son boulet à son propre bagne

Aller au canon sans viser le ciel

Prendre la barque que j’ai faite couler.

Dans un autre sac j’ai jeté pêle-mêle

Les questions que je devais certainement me poser 

Celles qui avaient été de trop

Y ai ajouté les gravats de ces derniers mois:

« Que veux-tu que je te dise?

J’étais au fond du trou

Et j’ai dynamité encore 

A moi de sortir des décombres

De déblayer  tous ces gravats » 

{Mon frère anti cosmique:

« Et tu peux voir 

Quels gravats tu peux encore utiliser. »

Réponse pertinente… – }

J’ai pris les morceaux de mon âme 

De mes souvenirs soupirs douleurs soupirs 

Douceurs angoisses les vides

Derrière les paupières patientes

J’ai repris le sang versé et le Sable du Temps 

Répandus au sol 

[«Putain, je ne sais vraiment pas

Comment tout a pu m’échapper des mains.

L’Ouroboros ne se mord plus la queue 

Et le Soleil Grec devenu puzzle 

Tenaient entre les boxers et les chaussettes 

Remis les débris aux dieux 

J’ai repris le sang versé

Regarder un cycle de Temps brisé 

Et plonger dans l’espace vide 

Avant le suivant

Accès au choix de tous les possibles 

Qu’on veut.

Faute de reprendre tous ces mots dits 

Je me suis balancé mes petits piques 

Et cruautés amères acerbes injustes 

Le sac avait encore de quoi se remplir.]

J’ai eu envie de toasts grillés 

Avec du caramel salé et de la confiture de châtaignes 

Parfois très simplement

Essentiels et superflus qui débectent 

Apparaissent d’eux-mêmes.

(Les ailes brûlées 

Il me restait ma plume.)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :