Cashback

[L’enveloppe scellée était prête à voyager depuis deux semaines

Restait à payer les frais de port 

Comme un verrou de pontet

Sur l’ultime queue de détente du Karma.]

J’avais enfin trouvé comment

Être bon avec les miens:

Rester dans le silence d’ironie

Frôler la disparition suspecte.

Essentiellement quand il ne semblait

Ne plus rien y avoir à se dire 

A partager si ce n’est 

Des réactions en double-tap pour un coeur insignifiant

Les reproches sous entendu et mes défauts répétés puis

Presque murmuré depuis l’âme

« Je me sens mieux sans toi ». 

Mon frère anti-cosmique me sermonnant

Une fois de plus ces dernières semaines 

(J’avais pour la première fois dit: j’ai besoin d’aide)

Je le regarde dans les yeux

Sans défi, sans colère, sans honte

Mais pour entendre encore mieux ses paroles

Et tenter d’y répondre au regard.

(Je crois voir une larme presque percé au coin d’un oeil.)

Pour ma part, je répète ce que je dis depuis des mois

Que j’avance en m’en foutant de tout, surtout de moi

Puis je me tais, car seul le silence me convient

Que je ne suis pas en position d’ouvrir ma gueule fétide 

De donner des mots malsains et sarcastiques. 

« Les choses ça se déclenche, c’est tout

Et me parle pas de déclencher un calibre 12. »

Je n’ai rien répondu, perdu avec moi-même et

Alors qu’il partait, je l’ai attrapé pour le prendre dans mes bras

Sentir sa force sa présence son amour

Lui faire sentir ma présence mon amour ma honte

Comme je me sentais le dernier des coupables

Sans oser vraiment le serrer dans mes bras.

(Je ne sais plus comment on fait

Combien de temps 

Depuis la dernière étreinte?)

Le lendemain, en position d’ouvrir mon crache-maux

Je lui ai expliqué avoir déclenché

Ce que j’avais à faire

Ces dix dernières années 

Avec ou sans lui 

Avec les obstacles qu’il connaissait ou non .

« Et maintenant quoi?!

Partir partout et nulle part?

Tu es une de mes chaînes 

Dans cette putain de ville grise » 

Je ne demandais à la nuit et à la Lune

Qu’un peu de soulagement de douleur

Sans payer un prix incommensurable 

Une compagne dans le temps

Pour ne pas vivre uniquement avec moi-même

Vivant sans raison, sans aucune utilité.

Puis je l’ai regardé et j’ai conclu:

« De toutes façons, je connais mon déclencheur:

Soit je l’enlève pour de bon de l’équation

Soit je le court-circuite et modifie le schéma électrique

On arrêtera de dire que je poursuis mes patterns et j’en passe. »

[L’enveloppe scellée était prête à voyager depuis deux semaines

Restait à payer les frais de port 

Comme un verrou de pontet

Sur l’ultime queue de détente du Karma.]

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :