Sel et lézard, en joue

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Dans le désert de sable lisse
Les enluminures du ciel sans phares :
Marins perdus entre les galaxies.

Un lézard patiente le long
De la grande route sans nature
En départements frontaliers
Le compteur affichera
Deux centaines de kilomètres au loin
L’arrivée du reptile.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Des navigateurs recherchent l’étoile lunaire
Absolvent le rêve en tristes réalités
Non loin de là l’éclaircie subsiste –toujours-

Loue la lumière perçue en chaque
Instant de vie tentures suspendues
Dans la grotte plexiglas propre
Sur le banc d’acajou confortable
Imagine les paroles à murmurer
À l’oreille languissante.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Les yeux-guerriers ne se révulsent
Que par trop d’éblouissement. Couloirs
Dont il faut sortir.

Sans froid et corps en épave
Songe au quai de la gare
À satisfaire
Entre les jambes
Trotte de l’autre côté ! Miroirs
Où se reflète la muse, connue.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Ceux qui n’existent pas exigent l’absolution
Des vivants. Se cherchent. Se tissent
Les filets à papillon(s) incandescents.

Un lézard aux pattes d’encre
Dans la neige de l’Olympe
Je t’invite. Collons les étoiles
Pour en faire un puzzle 
Subsiste la pierre manquante, le point fourni
De non-retour.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

En meutes de chiens soyeux ils régénèrent 
Partent à la cour des immortels. Chasse.
Tandis que la cathédrale ferme ses portes.

Pendentifs d’électret autour du prisme ses yeux
Au cou néon blanc des chambres d’hôpital
En étagères bordées de livres de tabac
Collier noyé de café tue le temps
Le corps peu à peu la réussite d’attente sans ennui
De secondes consomment en auto-immolation.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Tendent la grand-voile immense
Soufflée par les rumeurs du faux-semblant 
Sans décence, indiscrets, peu importe.

Des violons crissent dans les roues
Les rideaux de conséquences demeurent impossibles
Aux embranchements des toiles de l’écran
Apothéose du lézard en facettes de dés
Sans formes labyrinthiques ou brumeuses
J’aime.

Combien d’entre vous se joindront à la chasse ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :