Causeries

Rêver se termine ainsi 
Larmes et déception 
L’arme et dépeçage 
De ce qu’il reste d’âme 
Peu importent l’âge la carrière 

[Argile et marbre 
Agile et sabre]

Formate la mémoire 
Oublie toute douleur 
Tout espoir et rêves 

[Tout n’est que passé]

Les possibles s’envolèrent 
Comme flocons de neige 
Uniques qui fondent 
Sur les braises d’un temps fuyant.

Ils plaisantent à leur sang qui ment 
Des sentiments concrets 
Aux cocasseries de cocus 
Comme les crashs de soleils 
Du bug de l’an 2000
Toujours en attente 
Comme on regarde ce qu’on a quitté 
Dans un rétroviseur-paupière.

Ils plaisantent et plaident 
Les bienfaits sans mots.

Jusqu’où ignorent-ils 
Les silences punitifs?

Certains promettent des baisers 
D’autres d’arrêter de promettre
Pour mettre en étendards 
Comme on étend des guenilles:

« Ni remords ni regrets »

Combien auront vraiment senti l’autre 
Sans ce flair d’égoïsme ?
Combien ont écouté et lu
Plutôt qu’entendu vaguement 
Les cris de silence d’encre?

Des ancres sans poids 
Dans l’Ecran-Océan 
Ersatz de flocons de neige
En plein été.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :